Pourquoi mon enfant me tape ?

Quand leurs enfants les tapent, les parents sont souvent démunis. Est-normal que bébé tape ? Pourquoi le fait-il ? A-t-on quelque chose à se reprocher en tant que parents pour mériter tel châtiment ? Rassurez-vous, c’est normal, ou presque.

Dure la vie de parents… Et encore plus quand votre enfant se met à vous taper. Le tout sous le regard médusé des personnes présentes, évidemment. « Quelle éducation ! »

Point de honte, le passage par la case « je tape maman, papa ou les petits copains » est normal.  Aux alentours de 1 an 1/2 – 2 ans, l’enfant commence à affirmer son « moi ». Il découvre ses envies et part à la conquête de son indépendance.

Immaturité émotionnelle de bébé

Mais comme dans le même temps il n’est pas mature sur le plan émotionnel, cette quête d’identité et d’affirmation se heurte à une incapacité totale de gérer ses émotions.

Chez le jeune enfant, taper peut répondre à une frustration. Horreur, on me refuse ce dont j’ai envie, et comme je ne sais pas gérer, je tape. Un enfant est une terre vierge à cultiver. Il ne sait pas ce qui est acceptable ou ne l’est pas. Il a donc logiquement besoin d’être cadrer.

Taper un enfant parce qu’il vient lui même de frapper – histoire de lui montrer que ça fait mal – n’a aucun sens. Vous vous autorisez vous-même, en punition, à faire ce que vous prétendez interdire ?

Petite fille énervée qui crie et tape

L’enfant a besoin d’un cadre

L' »interdit », le mot est là. L’enfant avance à tâtons dans le monde qu’il découvre. Donc il ne sait pas ce qui est interdit. Il a même besoin d’être cadré. Il doit avoir des parents capables de poser des limites. Et de s’y tenir !

Si l’enfant frappe, votre rôle est tout de suite de dire que c’est « non » ! Gros yeux, signe de mécontentement, intonation de la voix : bébé comprend vite que cela ne vous plait pas. On explique au bout’chou que cela ne se fait pas. « Tu as le droit d’être mécontent, d’être en colère, mais je n’accepte pas que tu frappes! »

Mais s’il comprend, pourquoi continue-t-il de le faire ? Tout d’abord, car il va devoir apprendre à se maîtriser. Ensuite, il cherche à être rassuré, à retrouver la sensation perçue quand ses parents ont fixé la limite.

Des règles qui ne varient pas

L’enfant aime la continuité, et les règle fixes qui ne varient pas tous les quatre matins. En re-testant la limite, il s’assure qu’elle n’a pas bougé. Ses parents n’ont pas changé d’avis. C’est rassurant.

Un enfant qui frappe n’est donc ni une exception, ni une anomalie. C’est à vous de faire en sorte que cela cesse par l’explication et la discussion.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

Frères et sœurs : conflits, disputes, est-ce normale ?

Comment identifier les troubles de l’attention chez l’enfant ?

Comment préparer l’arrivée d’un second bébé ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *