5 conseils pour apprendre la propreté à son enfant

Ah, la propreté ! Une étape importante qui donne parfois l’impression de se transformer en véritable guerre de tranchées. Voici quelques conseils pour que cet apprentissage de la propreté se passe au mieux.

En principe, l’apprentissage de la propreté débute autour de 2 ans. Mais attention, ce n’est pas une compétition. Chaque enfant est prêt à son rythme. Et si ça vous stresse, dites-vous que les nôtres ont été particulièrement longs ! Notre aînée a attaqué la maternelle avec des problème de constipation et d’accidents culotte. Quant au cadet, à 4 ans, il ne voit toujours pas l’intérêt de faire caca au pot ou aux toilettes. Alors, décomplexé(e) ?

1- On ne force par un enfant à être propre !

Quand les encouragements ne suffisent pas, il est vrai qu’on peut penser à la coercition par agacement, dépit… ou faute de savoir comment s’y prendre. Toutefois, forcer l’enfant n’arrange rien.

Essayez d’en faire un jeu en mettant un doudou au pot ou en laissant l’enfant s’asseoir dessus, même habillé. Chaque petit a son rythme et c’est avant tout une question de confiance, et de contrôle de son corps.

La propreté nocturne n’intervient qu’après avoir maîtrisé ses envies diurnes. Si après quelques siestes et nuits les couches sont sèches, vous pouvez tenter un dodo sans. La propreté de nuit s’acquiert à partir de 3 ans. Mais chez d’autres enfants cela peut être plus tard, à 4 voire 5 ans !

bébé sur son pot - rendre son enfant propre

2- Profitez de l’été !

Quand les beaux jours sont là, il est plus facile de rendre bébé propre. Tout simplement car les vêtements sont plus légers et s’enlèvent plus facilement. Ensuite, c’est aussi un moment où il fait assez chaud pour éventuellement laisser un garçon en sous-vêtements ou une petite fille en robe. En cas de fuite, cela fait moins à nettoyer…

Ce qui nous amène logiquement au 3e conseil.

3- Enlevez les couches !

Les fameuses couche-culottes d’apprentissage, c’est bien beau. Mais cela n’a rien de vraiment efficace pour apprendre la propreté. La raison est simple : elles absorbent aussi bien que des couches classiques. Elles s’enfilent juste simplement comme un sous-vêtement.

Il faut placer votre enfant dans une zone d’inconfort : une culotte ou un slip mouillé, c’est désagréable. Et donc ça le gêne quand il se laisse aller dedans. Enfin le plus souvent, car notre cadet est du genre à invalider ce type d’affirmation…

4- La routine aide à intérioriser

Le mieux est d’essayer de manière régulière de conduire junior au pot. Par exemple avant ou après les repas, avant et après la sieste et la nuit. L’intégrer dans le rituel du coucher est important. Mais en aucun cas vous ne devez l’obliger de force à y aller ou le laisser trop longtemps. Les sources diffèrent, parlant de 5 à 10 minutes maximales.

Il ne veut pas du pot mais demande les toilettes ? Parfait, ce sera plus facile à nettoyer pour vous. Investissez dans un réducteur pour qu’il s’installe confortablement. Une caisse, un petit tabouret ou rehausseur pour lui permettre de poser les pieds est aussi le bienvenu. Car c’est avec les pieds bien au sol qu’il évacuera mieux ses selles.

5- Rassurez et ne grondez pas !

Votre enfant a besoin d’être encouragé et félicité à chaque fois qu’il progresse sur le chemin de la propreté. Félicitez-le s’il fait pipi ou caca au pot. Rassurez-le : il ne peut pas tomber dans le trou. Et non, la chasse d’eau ne peut pas l’aspirer.

Par contre, en cas d’accident, ne le disputez pas. Ce n’est pas une légende ou une tendance baba-cool. Pour avoir, sans réfléchir, disputé notre fille qui s’était oublié sur la moquette de ses grands-parents, on peut vous assurer que c’est totalement contre-productif et que ça retarde tout le processus. Donc profitez de nos erreurs pour ne pas les imiter 🙂

Conclusion

Oui, l’acquisition de la propreté c’est long. Ça peut être un chemin de croix. Mais patience, patience. Mais dites-vous bien qu’on n’a jamais vu un enfant se faire dessus indéfiniment. Inutile d’aller comparer avec tel brillant bambin d’un ami ou parent qui a été propre avant 2 ans. Ça ne sert à rien à part vous faire culpabiliser et, honnêtement, on s’en moque un peu, non ?

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

Pouce ou tétine : que choisir pour bébé ?

Comment préparer l’arrivée d’un second bébé ?

 

3 réponses sur “5 conseils pour apprendre la propreté à son enfant”

  1. Merci pour cet article ! Justement on est en plein dedans avec mon fils qui a 28 mois . Il va sur le pot régulièrement depuis 18 mois (avant et après chaque dodo ), il faisait dedans presque systématiquement que ce soit pipi ou caca mais faisait dans la couche entre les deux . Cet été j’ai essayé quelques jours sans couches mais il n’etait Pas près . Jeudi , il a été gardé par une amie et elle m’a dit qu’il n’avait rien fait dans sa couche de la journée sauf à la sieste !!! Donc aujourd’hui on a fait un essai de journée sans couches à la maison et zéro accident ! 👍👍👍 on est sur le bon chemin , rien est acquis mais je crois qu’il est en bonne voie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *