Dois-je dire à mes enfants que le Père Noël n’existe pas ?

C’est le drame de tout parent : « Combien de temps dois-je mentir à mes enfants à propos du Père Noël ? » Y a-t-il un âge à partir duquel le mythe doit s’effacer ? Et pourtant, rappelez-vous, avez-vous été traumatisé par la vérité ? Alors dédramatisez.

De génération en génération, les enfants devenus adultes, puis parents, entraînent à leur tour leurs bambins dans le monde imaginaire du Père Noël. Étonnamment, on installe ce  gentil « mensonge » mais on ne sait jamais très bien comment s’en défaire. Et pourtant, est-il vraiment bien nécessaire d’en faire une véritable affaire d’Etat ? Rares sont ceux qui, parmi nous, ont mal vécu l’irruption de la terrible vérité dans nos vies. Alors il n’y a aucune raison pour que ce soit différent pour nos enfants.

Y a-t-il un âge pour arrêter de croire au Père Noël ?

petite fille découvre ses cadeaux devant le sapin de Noël

Il n’y a pas de règle établie concernant l’âge à partir duquel il est déraisonnable de croire encore au Père Noël. A vrai dire, il n’y a même pas de raison de se poser la question car les choses vont se faire naturellement. La remise en cause arrive souvent autour de 5 à 7 ans, et ce par les discussions dans la cour de récréation.
Ou pas… A 7 ans, notre fille y croit encore. Et si elle n’a pas eu cette discussion avec ses camarades, il n’y a aucune raison pour mettre fin au mythe.

Mon enfant doute de l’existence du Père Noël. Que faire ?

cadeaux de NoëlSi votre enfant émet des doutes, parlez-en tout simplement avec lui de manière décontractée. Demandez-lui ce qui le fait douter. En a-t-il parlé à l’école ? Et qu’en pensent les enfants de sa classe ? Et surtout, demandez-lui son avis, naturellement : « Et toi, qu’en penses-tu ? » S’il a vraiment des doutes et suspecte que les parents sont dans le coup, inutile de lui cacher plus longtemps.
Et s’il a un petit frère ou une petite sœur, faites de lui votre complice pour entretenir le mythe auprès de son (ses) cadet(s). C’est un bon moyen d’éviter qu’il vende la mèche en créant un jeu dans lequel l’aîné devient partenaire de ses parents. Cacher les cadeaux ensemble, ce sera un jeu très amusant !

Mon aîné a dit à ses frères et sœurs que le Père Noël n’existait pas !

Evidemment, vous n’allez pas le féliciter. Il y a de fortes chances que votre grand ait fait ça avec des intentions pas très angéliques dans le but de faire rager ses frères et sœurs (et accessoirement asseoir sa position d’aîné « qui sait »). Mais bon, il n’y a pas non plus mort d’homme, non ? Il n’y a pas de quoi dramatiser, ni tenter de colmater les brèches en essayant de convaincre vos enfants de l’existence de l’homme en rouge en dégainant tous les arguments les plus improbables. Si la vérité à éclater, un rétropédalage peu convaincant ne sera que… peu efficace. Incitez plutôt les cadets à se faire eux-même leur avis sur la question. « Et toi, tu y crois ? Oui ? Alors tu as raison. »

Mon enfant prend très mal la vérité sur le Père Noël et m’en veut…

Père Noël prend un biscuit dans une soucoupe posée devant le sapin de Noël
Essayez de présenter ça sous un angle positif. Noël est une fête avec des cadeaux pour les enfants. Et c’est bien plus magique d’imaginer un grand-père volant dans le ciel avec ses rennes magiques et son traîneau, venant déposer les cadeaux, plutôt que ce soient les parents.
Dites à vos enfants qu’à leur tour, quand ils seront parents, ils organiseront cette fête pour faire plaisir à leurs enfants. C’est comme un jeu. Ce n’est pas un méchant mensonge, mais un conte comme les histoires qu’on lit dans les livres.
Prenez ça à l’amusement, racontez les ruses que vous avez inventées pour cacher les cadeaux à son insu ! Étonnez-vous avez lui qu’il ne vous ait pas surpris. Racontez les moments où vous avez failli être démasqués !
Et si rien n’y fait et qu’il vous boude toujours, ne vous en faites pas. Laissez-le, il passera à autre chose. Comme pour toute colère, il n’y a rien de mieux que d’ignorer la crise. Plus vous argumenterez, moins la crise passera. Mieux vaut reprendre la discussion une fois la tempête passée.
Surtout n’oubliez pas : on n’a jamais vu d’enfant traumatisé à vie par la révélation de la vérité concernant le Père Noël. Ce sont surtout les parents qui en font une véritable montagne.

Une pensée sur “Dois-je dire à mes enfants que le Père Noël n’existe pas ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *